Le frelon asiatique

crate de la répartition du frelon asiatique
                                         Source : Wikipédia

Le frelon Vespa Velutina, plus connu sous le nom de frelon asiatique a été observée pour la première fois en France en 2004 en Lot-et-Garonne. Il provenait probablement de conteneurs de poteries chinoises importées en France. En l’espace de quelques années, il a colonisé les deux tiers du territoire français et a été repéré en Belgique, en Espagne et au Portugal.

un frelon asiatique sur un bout de bois
        Un frelon asiatique du côté d'Alès, étourdi par nos soins alors qu'il se positionnait devant une ruche
Il est facilement identifiable. Son thorax est noir et son abdomen foncé : seul le 4ème segment de l’abdomen est entièrement jaune. Mesurant environ 3cm de long il est bien plus petit que le frelon européen Vespa Crabro.

 

En France, le frelon menace de manière préoccupante les ruchers du sud-ouest, tout particulièrement à la fin de l’été et au cours de l’automne. Cette période correspond précisément à la réduction de l’effectif dans la ruche et la préparation de la colonie pour l’hiver. Malheureusement elle correspond aussi à l’apogée du développement de la colonie de frelons ! Ces derniers se positionnent en vol stationnaire à l'entrée d'une ruche ; leur taille plus importante et leurs grandes pattes leur permettent de saisir une abeille et de l'emporter avec eux. Ils ne gardent que le thorax de l'abeille et en font une boulette qu'ils emportent pour nourrir les larves de la colonie. Lors d’attaques violentes une ruche complète peut être décimée. Dans tous les cas leur présence stresse les abeilles et ces dernières ne peuvent presque plus assurer les apports de pollen et de nectar nécessaires au développement des générations d’abeilles devant assurer la transition hivernale. Les ruches isolées et celles situées sur le front d’un rucher sont particulièrement impactées par la prédation.

Les conséquences pour les apiculteurs sont nombreuses :

  • La disparition de colonies
  • Une perte de récolte, et donc de revenu principal ou secondaire
  • La nécessité de reconstituer son cheptel
  • Un surcroît de travail pour l’apiculteur.

Cela amène malheureusement de nombreux « petits » apiculteurs passionnés à abandonner l’apiculture. La multiplication des difficultés et la complexité du problème posé par les frelons asiatiques les épuisent : l’apiculture, un plaisir à l’origine, étant devenue un calvaire.

De quels moyens dispose-t-on actuellement pour lutter efficacement contre le frelon ?

En réalité il n’existe aucun dispositif de lutte « clef en main », c’est souvent du bricolage. Mais cela devrait changer sous peu avec la mise au point d’un nouvel outil. Restez connecté, les premières infos seront diffusées sur ce blog !!!